logo_CTillier

Artiste peintre


Biographie

BIOGRAPHIE


Christian Tillier est  né en 1949, à Abbeville dans la Somme. Depuis son plus jeune âge, Christian dessine. A l’adolescence, cet intérêt graphique le porte vers la photographie qu’il partagera plus tard avec sa vie professionnelle.

Peu à peu, cette passion le conduit vers la peinture. Il va alors se diriger sur ce chemin qui va le porter à travailler la couleur, la forme et la ligne. Il intègre, pour confirmer cette tendance, l'atelier d'Olivier Mérijon à Versailles. Au début, Christian utilisait ses photographies comme source d’inspiration. Aujourd’hui, ce sont ses dessins à la mine de plomb qui lui servent de point de départ. En photographie comme en peinture, les lignes et les courbes l’ont toujours fasciné. Cette construction a élaboré son œuvre qui en est le témoignage.


Regard


Les visages apparaissent et nous interpellent.

Est-ce ce profond silence, ce non-dit, ou bien ces figures qui nous envoutent et nous envoient un aveu secret?

Sommes-nous devant un miroir? Ces dissemblances nous appellent à la communion. Point de confidences ici, ou tellement cachées, hypothétiquement juste une annonce pour une relation silencieuse.
Cependant tout concorde et pourtant tout est interrogation. Une énigme du temps passé qui rejoint le moment présent, comme une incantation. Aucun procédé dissimulé, juste une originalité singulière et scrupuleuse.

Naissance


Il y a tant de lignes, des courbes enveloppantes, des droites qui les confirment, pour atteindre les clairs obscurs qui constituent la trame colorée de ses couleurs.



Il n’y a pas de hasard pictural, juste une correspondance qui se dévoile au fur et à mesure dans un dessein qui s’élève par ses résonances sensibles.



Nous voyons bien dans l’œuvre de Christian Tillier que chaque parcelle de la toile est choisie intentionnellement pour arriver vers un discret mystère.

Là, est cette peinture qui en s’affirmant admet que l’accord se nourrit des alternatives qui constituent le travail du créateur.


Merci l’Artiste pour ce talent et cette sincérité.


O.Mérijon

Versailles, Février 2018

Christian Tillier


La forme est un front dur obstinément cherchée
Telle une eau incurvée par un vouloir exquis

La couleur tempère par ses teintes choisies
La tempête du vouloir qui loin en lui s'enfouit

Et le grain qui se cache sous le voile du vernis
Parle à qui le voit d'un coeur enseveli.


                                                          Philippe Lemant

Olivier MERIJON  Peinture White
Photo O. Mérijon

Courrier


Cher Christian, 



J’ai voulu prendre le temps d’aller sur votre site et ne pas me précipiter.

J’avais déjà perçu une certaine profondeur chez vous, et je me doutais bien que pour en percevoir une partie, il convenait de prendre son temps. Je l’ai ressentie d’abord dans votre comportement dans l’atelier. Venir nous voir, nous dire un petit mot d’encouragement… Une bienveillance si discrète que je l’ai à peine vue la première fois, trop affairée à m’installer dans un monde que je ne connais pas. Pas encore.

Et puis, une deuxième fois, un café… Une phrase un peu plus longue. Un encouragement sympathique. Il m’a fallu 3 séances avant de fixer mon regard vraiment sur un tableau signé Christian Tillier qu’un enfant a qualifié du plus beau tableau du monde.


J’ai pris le temps donc de me promener sur votre site. J’ai commencé par les aquarelles, ensuite les peintures période par période, des plus anciennes vers les plus récentes. J’ai terminé par les photographies et enfin les encres, et là, j’ai compris tout le liant. J’ai adoré ces encres: Simplicité, intelligence, sujets, précision… Vous devez avoir travaillé dans un domaine de précision, non? Les photos sont magnifiquement composées et cadrées à mes yeux. C’est beau, cette précision du geste, et la lumière magnifiée par la couleur lui donne encore plus de lecture. J’ai l’impression que c’est un livre où les encres et les photographies placent l’histoire, la structure, et la couleur, les émotions, et les chapitres du vécu et des ressentis. J’ai particulièrement aimé: "Regard sur le passé", "Pluie et lumière": une main tendue vers un enfant protégé par un parapluie, "Roxanne": "Roxanne", rouge, se tord de douleur… Me rappelle ma fille qui souffre d’une endométriose sans merci; "The street" me rappelle en plus propre Manhattan, "L’escalier" me rappelle, sans lui ressembler, un escalier de phare en Bretagne. "Le musée d’art moderne" qui me fait penser au Guggenheim, "La parenthèse",  "Composition n°66", avec une expression en 3D si réelle, "La tour Fiat", "Place des reflets", etc…

C’est superbe. En tous cas, je n’ai cité que les œuvres qui ont éveillé en moi un souvenir, une émotion…


Je trouve les témoignages d’Olivier et de Philippe émouvants. Ils sont certainement justes. Au plaisir de faire plus votre connaissance et de voir plus de vos œuvres en réel.


Atika


Novembre 2020